Dominique Naert - Nous n'avons pas la capacité de changer le monde, mais celle de changer notre propre vision du monde…/… We can't change the world, but we can change our view of it.
 
juil
25

De la formation au métier à la formation de l’homme

Ecrit par Dominique

De la formation au métier à la formation de l’homme

Le « jeune compagnon » est embauché en tant que salarié, rémunéré selon sa qualification et ses compétences; il est par conséquent indépendant financièrement. Dans l’entreprise, des hommes de métier confirmés le guident dans sa démarche d’acquisition de compétences. Lors de chacune des étapes du voyage, les connaissances sont enrichies par des expériences diverses, tant sur le plan des matériaux, des techniques, que sur celui de l’organisation de l’entreprise. Une formation complémentaire conforte les acquis professionnels en entreprise. Elle se déroule pendant et en dehors du temps de travail, sous forme de stages de durée variable ; elle a lieu à la Maison des Compagnons du Devoir la plus proche. Elle permet, au sein d’ateliers de travaux pratiques, de perfectionner le geste, d’acquérir la pratique de telle ou telle technique, de répondre aux préoccupations quotidiennes que chacun rencontre dans son travail. Des enseignements technologiques et théoriques sont dispensés au fur et à mesure des besoins.

Des enseignements généraux en français, mathématiques, géométrie, physique, chimie et langues complètent cette formation, afin que chacun puisse s’insérer pleinement dans la vie du métier comme dans la société. Ces enseignements pratiques, technologiques ou généraux sont dispensés par des Compagnons, mais aussi par des enseignants et des professionnels reconnus pour leurs compétences. Les méthodes pédagogiques ainsi que les outils sont adaptés à une formation alternée, modulable selon le projet de chacun, et des moyens appropriés sont mis à la disposition de tous. Ce parcours de formation est jalonné par des examens ou des épreuves qualifiant ou diplômant dans le métier choisi, pendant cinq à six années.

On ne devient pas Compagnon en étant seulement un bon professionnel. Il faut encore ajouter à cela une dimension culturelle et humaine. Chaque étape du Tour de France est mise à profit pour favoriser L’ouverture culturelle. A chaque étape, tout est fait pour faciliter la rencontre avec les autres, avec la cité, avec le patrimoine, avec la culture, et cela va au-delà avec le voyage en dehors des frontières, qui permet de rencontrer d’autres hommes et femmes, d’autres langues, d’autres cultures. La dimension humaine s’acquiert lentement et de plusieurs manières: par la rencontre, les échanges, le partage, le respect mutuel entre les hommes, entre les générations; par la vie en communauté qui met en évidence un certain nombre de valeurs : sens de l’engagement, du partage, de la transmission.

Cette dimension humaine se traduit également par une démarche d’initiation que le compagnonnage a conservée de manière vivante. Le cheminement de chaque jeune dans le compagnonnage est ainsi jalonné d’étapes qui sont marquées par des cérémonies et par une reconnaissance de l’ensemble des membres de la communauté. Arrivé au sein d’une Maison, le jeune est accueilli comme stagiaire. Il découvre la vie du métier et du compagnonnage, il observe celles et ceux qui l’entourent. Si cette vie lui convient, s’il développe des qualités de générosité, d’ouverture aux autres, s’il progresse dans l’acquisition de compétences professionnelles, il sera adopté. Après une évaluation de ses compétences, il sera reconnu Aspirant au cours d’une cérémonie. Pour tous, l’Adoption marque l’appartenance à une communauté.

Après plusieurs étapes du voyage, après plusieurs mois, après avoir acquis des compétences professionnelles et développé des qualités humaines, de partage, de générosité, de transmission, l’Aspirant va être reçu Compagnon. Une seconde évaluation de ses connaissances se fonde sur la réalisation d’une œuvre ; une nouvelle cérémonie en fait un membre à part entière de la communauté des Compagnons du Devoir. Loin d’être un aboutissement, c’est une nouvelle étape, orientée vers la recherche d’autres compétences, mais surtout vers le service à porter aux autres, notamment aux plus jeunes. Ainsi conçue, l’initiation est un chemin de vie proposé à chacun pour sa propre construction. Elle encourage à aller un peu plus loin, à faire mieux, à être meilleur. En partant de l’exercice d’un métier; en s’appuyant sur les valeurs de générosité, de partage, de transmission, d’ouverture aux autres, en favorisant voyage, vie en communauté et recherche des compétences, c’est l’homme tout entier qui est ainsi sollicité.

Après le Tour de France

Pour un Compagnon du Devoir, après la période d’aventure du Tour de France, d’une durée variable selon le projet de chacun, s’ouvre la longue période de Compagnon sédentaire. Et, contrairement à l’idée communément admise, le Compagnon est pour toute sa vie Compagnon du Devoir. Si la vie et l’animation du mouvement compagnonnique l’y incitent, et s’il souhaite participer davantage, le Compagnon assurera des missions d’organisation, d’accompagnement, de transmission à temps plein pendant une période donnée ou parfois même d’élu. C’est tout cela qui donne un complément de sens à la vie du Compagnon, c’est ainsi que se perpétue le compagnonnage depuis des siècles; chacun donnant et recevant à la fois.

Leave a Reply

videos

WWW Liens

Dernieres publications

Commentaires récents

Mots-clefs

Actualités apprentissage Boorstein Bâtiment durable Chervel classique Compagnon conscience cursus Descartes Diderot Diplôme universitaire Dolto Edgar Morin entreprise filiation formation geste humaniste humanité Jack Lang métier métiers outil Platon pédagogie Pétrarque responsabilité rite rituels Ruano-Borbalan savoir savoir-être symbole symbolisme système scolaire Tour de France Transmission Troyes trésors nationaux UNESCO VAE Virgile école éducation nationale
Totales: 237611
Hoy: 225