Dominique Naert - Nous n'avons pas la capacité de changer le monde, mais celle de changer notre propre vision du monde…/… We can't change the world, but we can change our view of it.
 
juil
25

Le Chef-d’œuvre de François Roux le Champagne (1809-1865).

Ecrit par Dominique

Le Chef-d’œuvre de François Roux le Champagne (1809-1865).

Un troyen devint très célèbre chez les compagnons du devoir, en particulier, chez les compagnons menuisiers : il s’agit de François Roux né en 1809, dans une famille de tisserands ;  à la suite d’une cabale entre élèves, il est renvoyé ; c’est alors qu’il se dirige vers le métier de menuisier. Il part sur le tour de France et est reçu compagnon menuisier à la Pentecôte 1833, sous le nom de François-le-Champagne. Son tour de France terminé, il retourne s’installer à Marseille, rue Fongate, où il ouvre son propre atelier.

C’était l’époque des grands chef d’œuvres qui permettaient de gagner le droit de travailler dans une ville à la place d’une autre organisation compagnonnique, dans le cas d’une victoire ; l’autre société devait alors quitter la ville pour laisser place à l’organisation qui avait, grâce à son champion de compagnon, montré la plus grande maîtrise ; la réalisation d’un tel travail pouvait durer plusieurs années et tous les compagnons de l’organisation, sur l’ensemble de la France, participaient aux frais ; les compagnons désignés se retrouvaient, chacun, enfermés dans une « loge », surveillés par un compagnon adverse ; un jury se réunissait pour juger le meilleure chef d’œuvre et prononcer la sanction ; souvent les accords n’étaient pas respectés et les rixes reprenaient de plus bel ; les bilans étaient souvent conclu avec des morts et des emprisonnements… Vers 1742, les Compagnons Etrangers tailleurs de pierre avaient ainsi joué la ville de Lyon et l’avaient gagnée pour une durée de 100ans. C’est sans doute le concours le plus connu et le plus respecté même si l’affaire n’a pas été respectée sans mal ; en 1825-26, à Tournus des bagarres sanglantes opposant une Centaine de tailleurs de pierre des 2 camps se sont affrontés à ce sujet. En fait ces dates correspondent au début d’une grande crise économique et les engagements pris prés d’un siècle plus tôt étaient difficiles à tenir ; mais c’est à Tournon que les affrontements furent les plus mortelles à l’issu des cent ans ; des condamnations à la prison et aux galères furent prononcées… Aucun autre exemple de ce type apparaît après 1848 et les plus célèbres chef-d’œuvres furent présentés à l’exposition universelle de 1900 dans l’aile droite des Invalides consacrée à l’industrie française de l’ameublement.

En ce qui concerne le chef d’œuvre entrepris par François Roux, l’objectif était un peu différent, puisque aucune ville n’était en jeu, mais uniquement la notoriété des Devoirants. Ils souhaitaient, par un tour de force, démontrer la supériorité de leur formation ; les compagnons menuisiers du devoir proposèrent donc à François le Champagne, renommé pour sa grande compétence, d’étudier le projet. Il accepta et un accord fut conclu entre les Compagnons de Marseille et lui-même, au nom de tous les compagnons menuisiers du tour de France. La première phase se déroula de 1836 à 1842 ; selon les premières estimations, l’exécution devait durer 7 ans et se terminer en 1843 ; le chef d’œuvre ne fut terminé qu’en 1857, après bien des péripéties…. L’originalité de ce chef d’œuvre tient au fait qu’il est entièrement démontable, nécessitant une ingéniosité importante pour maintenir sans collage les 17 700 pièces qui le composent. Ce chef d’œuvre représente l’ensemble des difficultés du « trait » de menuisier ; il est actuellement conservé à Tours, à la maison de l’Association Ouvrière des Compagnons du Devoir . Il fut présenté à Napoléon III le 5 janvier 1862 en présence d’une centaine de Compagnons, au Palais des Tuileries. Pendant son absence, François Roux avait placé son atelier sous la responsabilité d’un de ses ouvriers. A son retour, il du fermer boutique et il termina sa carrière comme ouvrier menuisier. Il fut emporté le même jour que son épouse par l’épidémie de choléra du début de 1865.

2 Responses to “Le Chef-d’œuvre de François Roux le Champagne (1809-1865).”

  1. Alfred dit :

    « tout d’abord, il entre à l’école des Arts et Métiers de Chalons en Champagne, l’année de sa création »
    Après Compiègne l’École des Arts et Métiers a été transférée à Chalons en 1806 -> François Roux, né en 1806, n’a pu intégrer cette école « l’année de sa création… Il ne semble pas du tout certain qu’il ait fréquenté cette école…

  2. Corinne dit :

    Bonjour,

    Vous avez tout à fait raison. Merci d’avoir signalé cette erreur que nous allons rectifier derechef!

Leave a Reply

videos

WWW Liens

Dernieres publications

Commentaires récents

Mots-clefs

Actualités apprentissage Boorstein Bâtiment durable Chervel classique Compagnon conscience cursus Descartes Diderot Diplôme universitaire Dolto Edgar Morin entreprise filiation formation geste humaniste humanité Jack Lang métier métiers outil Platon pédagogie Pétrarque responsabilité rite rituels Ruano-Borbalan savoir savoir-être symbole symbolisme système scolaire Tour de France Transmission Troyes trésors nationaux UNESCO VAE Virgile école éducation nationale
Totales: 242174
Hoy: 226