Dominique Naert - Nous n'avons pas la capacité de changer le monde, mais celle de changer notre propre vision du monde…/… We can't change the world, but we can change our view of it.
 
juil
19

Les insignes et les emblèmes du compagnonnage

Ecrit par Dominique

Les insignes et les emblèmes du compagnonnage.

Les insignes : cannes, couleurs, boucles d’oreilles. Les emblèmes publics l’équerre et le compas.

Les insignes. De même que ses formules et ses mots d’ordre, le compagnonnage a ses insignes : les cannes et leurs couleurs que portent les compagnons, les boucles d’oreilles, signes distinctifs de la qualité de premier en ville dans certaines sociétés.

Il y a treize manières de porter la canne et chacune d’elles a une signification différente. Ainsi porter l’embout de la canne en avant pendant le jour, c’est provocation ; la nuit, c’est prévoyance ; le tenir en arrière, c’est confiance. – La pomme en avant, c’est demander la paix. – Laisser traîner la canne, c’est mépris. – Saluer avec la canne, la pomme à la hauteur du front, c’est dévouement, etc. (Catéchisme des compagnons du Devoir).

Les couleurs sont la cocarde du compagnon. Elles symbolisent à ses yeux l’association à laquelle il est fier d’appartenir. «Arracher à un compagnon ses couleurs, dit Perdiguier, c’est le plus grand outrage qu’on puisse lui faire.»

Dans certains compagnonnages, les premiers en ville portent des boucles d’oreilles. Il en est encore ainsi chez les charpentiers bons Drilles et chez les charrons du Devoir. Il serait à souhaiter que cet usage, quelque peu bizarre, fût partout abandonné. Il explique, s’il ne les justifie pas, les railleries faciles que les plaisantins d’ateliers n’épargnent guère au compagnonnage.

Emblèmes publics : l’équerre et le compas ne sont pas, comme les couleurs et la canne, des insignes permettant à un compagnon de se faire reconnaître, mais des emblèmes du compagnonnage tout entier. Sur tous les documents émanés des sociétés de compagnons, on retrouve ces attributs dont le Catéchisme des compagnons de Maître Jacques nous indique le sens symbolique. L’équerre signifie sagesse et le compas justice.

Chovin de Die, Le Conseiller des compagnons, p. 165.

Notre manuscrit secret indique dans quels cas ona droit à une conduite en règle ou battant aux champs. «Un compagnon reçu, y est-il dit, à droit à quatre couleurs qui sont la blanche, la bleue, la rouge, la jaune. Quand il arrive dans une cayenne, on lui donne une faveur, ruban plus étroit que les couleurs. Voilà pourquoi celui qui a beaucoup voyagé porte un assez grand nombre de rubans et quand il part, on lui appose un cachet sur son affaire. Celui qui, à la fin de son Tour de France, en possède six à droit à une conduite général, mais il doit savoir par cœur ce qu’on appelle grand battant aux champs d’après les tanneurs (les paroles et rites de la conduite des tanneurs), et savoir danser comme les tondeurs.» Chez les boulangers, pour avoir droit à une conduite en règle, il faut avoir travailler six mois dans une même Cayenne, avoir été six mois premier en ville et avoir fait le pèlerinage de la Sainte-Baume. Faute de remplir l’une de ces conditions, on n’a droit qu’à la conduite ordinaire.

Livre du Compagnonnage, t. I, p. 64.

Leave a Reply

videos

WWW Liens

Dernieres publications

Commentaires récents

Mots-clefs

Actualités apprentissage Boorstein Bâtiment durable Chervel classique Compagnon conscience cursus Descartes Diderot Diplôme universitaire Dolto Edgar Morin entreprise filiation formation geste humaniste humanité Jack Lang métier métiers outil Platon pédagogie Pétrarque responsabilité rite rituels Ruano-Borbalan savoir savoir-être symbole symbolisme système scolaire Tour de France Transmission Troyes trésors nationaux UNESCO VAE Virgile école éducation nationale
Totales: 246996
Hoy: 241